Quelques petits rappels

Quelle est la différence entre une dépression, une tempête et un ouragan ?

- Dépression tropicale : une perturbation dont les vents sont inférieurs à 61 km/h.
- Tempête tropicale : la force des vents se situe entre 62 km/h et 118 km/h. Attention : même si ses vents ne sont pas très forts, une tempête tropicale peut tout de même déverser de 100 à 200 mm de pluie. C'est d'ailleurs à ce stade qu'on commence à nommer le système nuageux.
- Ouragan : dès que les vents dépassent 119 km/h, c'est la naissance d'un ouragan; on le classifie grâce aux cinq catégories de l'échelle de Saffir-Simpson. Un ouragan dont les vents dépassent 178 km/h est qualifié de majeur, et se classe dans les catégories 3, 4 ou 5. Cette graduation est basée sur l'évaluation des dommages et des inondations que l'ouragan risque de causer en atteignant les côtes. La vitesse du vent est le facteur déterminant de cette échelle, mais on y voit aussi des critères de hauteur de vagues et de quantité de pluie.

Qu'est-ce qu'un faible cisaillement des vents ?

Le cisaillement du vent (ou des vents ?) est évalué par la différence entre la vitesse et la direction du vent entre deux points suffisamment près de l'atmosphère. Selon que les deux points de référence sont à des altitudes différentes ou à des coordonnées géographiques différentes, le cisaillement est dit vertical ou horizontal. Les cyclones tropicaux nécessitent des cisaillements de vents verticaux faibles.

Ophélia : Histoire d'un cyclone en dehors de son périmètre

Mardi 10 octobre 2017

Ophélia est située au large du Portugal, dans l'archipel des Açores. C'est la quinzième tempête tropicale de l'année dans l'océan Atlantique. Un océan qui connaît généralement douze tempêtes par an. D'après les spécialistes, Ophelia pourrait bien devenir le dizième ouragan de l'année d'ici jeudi. Toutes les conditions sont réunies : la température de l'eau est à 27 degrés, il faut généralement un minimum de 26 et le faible cisaillement des vents est favorable.

Mercredi 11 octobre 2017 matin

C'est officiel, 2017 fait partie du top 10 des années historiques en termes d'ouragans et de tempêtes nommées. Cette année, il y a eu cinq ouragans majeurs, ce qui place 2017 au 9e rang depuis 1851. Si on ne tient pas compte des ouragans majeurs, mais juste de l'énergie développée dans l'océan Atlantique, 2017 est la huitième saison la plus active depuis 1851. Quoi qu'il en soit, cette année fait définitivement partie des années historiques en termes d'activités tropicales. Les deux autres années record étaient 1961 et 2005 avec sept ouragans majeurs.


Depuis mardi, Ophelia a pris de la vigueur, ses vents se sont renforcés et atteignent maintenant les 100 km/h.


Deux scénarii météo sont envisagés : soit Ophelia se dirige vers le Portugal, soit la dépression remonte vers le golfe de Gascogne, la Bretagne puis les îles britanniques en frôlant le nord-ouest de la France. Cette évolution météorologique semble assez fiable jusqu'au niveau des Açores, mais ensuite, les modèles présentent une grande dispersion : l'incertitude est donc encore assez grande.


Ophelia devrait tout de même être à l'origine d'un temps très perturbé sur l'ouest de l'Europe la semaine prochaine, mais il est encore trop tôt pour se prononcer sur les conséquences possibles en France.


Mercredi 11 octobre après-midi

La tempête Ophelia s'est renforcée jusqu’à devenir ouragan, mercredi. Le dixième de la saison. Il se déplace avec des vents soutenus de parfois 120 km/h, à 1220 kilomètres au sud-ouest des Açores, indique le Centre national des ouragans des États-Unis (NHC) dans son bulletin de 17 heures. Il se dirige vers les côtes européennes. L'année 2017 est désormais la huitième saison la plus active dans cette zone depuis 1850, année depuis laquelle les ouragans sont répertoriés. Ophelia est la dixième tempête consécutive à devenir un ouragan cette année, un record.

Jeudi 12 octobre matin

Ophelia gagne en force, les vents atteignent maintenant les 140 km/h, il pourrait engendrer des vagues de cinq mètres au large de l'Irlande, lundi. Fait rare, c'est la quatrième fois depuis 1850 que dix ouragans se succèdent. De plus, un système tropical touche très rarement l'Europe. La dernière fois qu'un ouragan a frappé les côtes britanniques et irlandaises, c'était en 1961 avec l'ouragan Debbie. Cet ouragan de catégorie 3 avait causé la mort de 18 personnes et fait des millions de dégâts.

Jeudi 12 octobre après-midi

Ophelia se déplace lentement, mais continue à se renforcer, indique le Centre national des ouragans des États-Unis. Celui qui est désormais un ouragan de catégorie 2 se trouve à 1150 kilomètres au sud-ouest des Açores. Ses vents soutenus soufflent à 155 km/h. L’ouragan devrait laisser entre 50 et 100 millimètres de pluie sur l’île Santa Maria, aux Açores, samedi. L’Irlande et certains secteurs du Royaume-Uni se trouvent sur sa trajectoire.


Vendredi 13 octobre matin

Ophelia se déplace toujours lentement : 13 km/h. Ouragan de catégorie 2 depuis jeudi, Ophélia se trouve à quelques centaines de kilomètres au sud-ouest des Açores. L'archipel devrait être frappé ce week-end. L'ouragan, dont les vents soutenus soufflent à 165 km/h, devrait laisser entre 50 et 100 millimètres de pluie sur l'île Santa Maria, aux Açores. L’Irlande et le Royaume-Uni se préprarent à d'éventuel gros dégâts car les modèles météorologique s'alignent de plus en plus sur une trajectoire qui toucherait ces deux pays en début de semaine prochaine.


Samedi 14 octobre matin

Ophélia est un ouragan de catégorie 3 et passe, en ce moment, à l’est de l’archipel des Açores, dans l’Atlantique.


Le système devrait laisser de 30 à 50 mm de pluie sur ces îles avec des vagues allant de 3 à 5 mètres de hauteur et des vents entre 65 et 90 km/h.


Le système va, ensuite, affecter le Portugal (30 à 50 mm de pluie sont attendus), puis frapper fortement l’Irlande et la Grande-Bretagne, lundi, en tant que tempête extratropicale. Une alerte à la tempête a été émise pour ces deux pays, car des vagues de 6 à 8 mètres de hauteur sont attendues et les rafales pourraient souffler jusqu’à 170 km/h.



Dimanche 15 octobre matin


Ophelia est redescendue en catégorie 2 et perd progressivement en intensité.


Après avoir frôlé l’archipel des Açores et apporté de grande quantité de pluie, Ophelia fait cap sur l’Irlande. Jamais un ouragan ne s’était déplacé aussi au nord et à l’est de l’océan Atlantique.



Dimanche 15 octobre après-midi


Ophelia est redescendue en catégorie 1, Ses vents sont compris entre 119 et 153 km/h.


L'Irlande et l’Écosse sont en état d'alerte, car l'ouragan, devenu une tempête extratropicale d'ici dimanche soir, devrait les frapper de plein fouet lundi soir.



Lundi 16 octobre à 12h10


Ophelia frappe l’Irlande, et fort ! Les vents frôlant les 190 km/h, c’est-à-dire de la force d’un ouragan, ont déjà causé la mort d’une femme au sud-est du pays en abattant un arbre sur sa voiture ainsi que celle d’un homme. Au moins 360 000 personnes sont sans électricité et tous les vols de l’aéroport de Belfast ont été annulés. Ophelia est descendue du stade d’ouragan au stade de tempête extratropicale (même si les vents sont aussi puissants qu’un ouragan) car sa structure interne ne correspond plus à ce genre de système — il n’y a plus de « cœur chaud » mais deux fronts : un froid et un chaud. La mer se déchaîne et on attend des vagues de plus en plus hautes qui pourraient atteindre les huit mètres de hauteur, augmentée par l’onde de tempête qui soulève la mer de deux à quatre mètres au-dessus du niveau normal. Par ailleurs, de nombreux résidents publient, depuis ce matin, des photos de ciel jaune-orangé en Grande Bretagne alors que la tempête s’approche. Cette couleur rouge-orangé provient des vents de la tempête Ophélia qui charrie du sable du Sahara ainsi que des cendres provenant des feux au Portugal.






Alertes en cours

Sud-Est
Alpes
Sud-Ouest
Mercantour
Nord-est
Nord-Ouest
IDF-Nord
Corse

Alertes prévues